23 février 2017

Periscope, nouveau meilleur ami des destinations ?

Article un peu à rebours du fourmillement habituel des réseaux sociaux. Mais avec une question simple : que faire de Periscope ?
L’application de vidéo en temps réel de Twitter a débarqué sur bon nombre de terminaux mobiles il y a déjà quelques mois.
Boostée par la promotion massive qu’a assurée Twitter, et par son intégration native sur le réseau de short-blogging, elle a poussé vers la sortie l’inventeur du concept : Meerkat. Le concept, pour parler de lui, est des plus simples. A l’aide de son smartphone, n’importe qui peut filmer son environnement, ce qui l’entoure, et broadcaster – diffuser – ce film en direct à ses followers. Periscope est à la vidéo ce que Snapchat est à l’image : pas d’historique ou de sauvegarde, mais uniquement du direct.
L’application a simplement ajouté à son stream vidéo quelques usages de base issus des réseaux sociaux : la possibilité de commenter en direct pendant la diffusion des vidéos, et de liker ce que l’on voit. Pour le reste l’application reste basique.

J’ai eu la chance d’assister il y a quelques jours à la diffusion sur Periscope de quelques scènes de trekking en Islande, via le flux de Sébastien Repéto. Il est vrai que l’immersion dans le direct est assez bluffante. D’un simple concept de distribution vidéo, Periscope peut très rapidement se transformer en une expérience intercative complète. Ainsi, au cours de ce trekking, Sébastien n’a pas hésité à commenter ou à répondre en direct aux remarques diffusées sur le réseau, voire à se retourner ou à changer d’angle de vue au fur et à mesure des demandes. On entre ici dans le domaine de la vidéo interactive en direct. Bluffant.

Periscope San Francisco
A partir de cette expérience, il est facile de se projeter dans d’autres utilisations de la plateforme pour la promotion des destinations touristiques : diffuser le matin les coulisses et le montage d’un festival pour inciter les touristes à y venir le soir, organiser des témoignages de greeters pour des populations plus lointaine, voir broadcaster un évènement complet. Les possibilités sont multiples, et nombres d’entreprises touristiques sont déjà en test sur la plateforme. Air France avouait il y a deux semaines se poser des questions sur l’utilisation du réseau vidéo pour faire vivre ses coulisses. Hilton aux USA a déjà lancé l’offensive en diffusant le direct des concerts se déroulant dans ses hôtels.

Periscope Hilton
Pour prolonger la discussion, il est intéressant de faire un parallèle entre Periscope et la campagne publicitaire lancée il y a quelques semaines par la SNCF. L’entreprise ferroviaire française a en effet choisi de diffuser en TV, tous les jours de mai à juillet, un spot vidéo publicitaire différent. Caractéristique, le spot est filmé le matin même dans un train ou sur une antenne de la SNCF et met en scène les employés de l’entreprise (cheminots, contrôleurs, agents de maintenance…). On parlait de Twitter il y a une semaine et de la revalorisation des équipes grâce aux réseaux sociaux, la SNCF joue la même partition, mais à plus grande échelle et avec plus de moyens :

Pour en revenir à Periscope, l’outil ouvre de multiples possibilités et offre surtout des avantages non négligeables : il ne demande qu’un smartphone pour être opérationnel et peut donc facilement être géré de l’intérieur de l’entreprise, et par le biais du direct il remet forcément l’humain au coeur de la communication. Difficile de ne pas y voir une ré-appropriation et un ré-incarnation du marketing de contenu pour les réceptifs et les institutionnels ! Reste que comme tout média de contenu, Periscope demandera un effort de conception et de scénarisation pour que les broadcasts soient vraiment efficaces, au risque de voir se multiplier les prises de concerts ou de parc d’attraction. Mais gageons que les acteurs de la promotion touristique ont de l’imagination !

A propos François Houste 418 Articles
Ange Gardien Numérique Ancien journaliste et chef de produit en hébergement digital. Aujourd'hui Directeur Conseil au sein d'une agence marketing. François travaille avec ses clients à mieux appréhender la révolution numérique et son impact sur le quotidien. Technophile, enthousiaste, nourri de web, de fun et de musique.
Faire réfléchir, plutôt que faire réagir...